Malévitch – Carré blanc sur fond blanc

Mon histoire commence ici.

Par un matin d’hiver, une maman  entre à la bibliothèque avec une poussette ; dans cette  poussette trépigne son petit garçon. C’est la seconde visite à la bibliothèque, pour elle et pour lui.

Ce matin –là, on parle littérature, oralité, théâtre et cinéma,  de la place et du rôle des femmes- hier et aujourd’hui. Pour cette rencontre, nous avons installé dans la grande salle un cercle de chaises rouges, en son centre  un grand tapis carré  gris, sur lequel sont posés  des livres. Rien d’autre.

Des livres pour  les plus jeunes, des albums, des sans texte, des tout petits carrés , des très grands, des en-carton , des à « pages fines »- un très grand nombre de livres .. Et rien d’autre.

Peu à peu, on s’installe, notre maman laisse vagabonder  le garçon. Peu à peu notre petit bonhomme  s’approche des livres   comme irrésistiblement  attiré. Timidement, il en prend un qu’il confie à sa maman. Elle ouvre la première  page … mais notre jeune explorateur est déjà reparti. Ce seront  d’incessants allers-retours entre maman, d’abord, puis toute personne  prête à lui donner de l’attention. C’est-à-dire  l’assemblée toute entière.  Fier d’être  le prince d’un si grand groupe de femmes, il s’enhardit, sort de ce territoire balisé et part à la découverte du reste de la pièce.  C’est encore un cercle, des boites carrées, colorées, à roulette et remplies… de livres.

Foin des gros yeux de maman, des Psitt Psitt  mezzo voce ! En dépit des  tentatives maternelles pour faire revenir notre jeune Indiana Jones dans le droit chemin et son moelleux carré gris, il ne peut résister à cette tentation trop forte ; et plonge sur le casier, se campe solidement sur ses petites jambes puis pousse notre boite de bois  jusqu’au bord du tapis. Là consciencieusement sort tous les albums qu’elle contient  et les disposent sur le tapis. Alors il tente de rentrer, se glisser, se trémousser, y faire entrer jambes, bras, tête ou derrière. Il bascule, se tortille  et se retourne. Maman tente un biscuit comme appât, mais notre grand ( petit) fauve ne se laisse pas  distraire par un si piètre leurre.

Une des bibliothécaire s’assied sur le tapis à côté de lui . Le jeu change. Il lui apporte  les livres pour en faire de jolis entassements, des belles tours instables qui finissent par tomber, encore et encore puis on recommence… Autre jeu, la course autour des livres  pour échapper à maman. Quelquefois les livres sont ouverts : Tana Hoban, Honnecke, des imagiers, de livres de photo…  La séance se termine ; la maman récupère son petit garçon qui quitte à regret son nouveau royaume jusqu’à la prochaine fois…

Toutes les  femmes présentes remarquent la calme détermination de ce petit garçon ainsi que son goût pour les livres.  Elles discutent de l’intérêt de mettre en contact livres et jeunes enfants, certaines inscrivent leurs enfants, viendront le mercredi suivant au «  Poussin masqué » (oralité à destination des 0-3 ans.)

Les bibliothécaires enchantées par ce nouveau lecteur ont rangé sans effort  les albums, déplacé le grand tapis  carré et  gris, brisé le cercle des chaises rouges,  poussé du pied le casier rouge en  bois qui  reprend sa place lettre W  album jeunesse…. Jusqu’à la prochaine fois.