Dans le cadre d’une programmation sur les littératures orales, après le kamishibai et les contes multilingue, le dernier dimanche du mois dédié au numérique a été l’occasion d’une  nouvelle séance d’heure du conte numérique*. Nous sommes partis à la découverte du jeu Hamlet ! sur ipad, l’histoire d’un chevalier missionné pour sauver la princesse.

L’histoire : Après avoir écrasé le chevalier Hamlet avec sa soucoupe volante, un héros mini-pousse décide de prendre la place du vrai héros. Il doit sauver la princesse Ophélie, prisonnière du méchant roi Claudius. Mais pour cela, il va devoir affronter tous les alliés du roi…

Aussi farfelu que cela puisse paraître, l’histoire s’inspire d’une pièce de Shakespeare, Hamlet, mais le jeu s’inspire d’autres histoires comme Pinocchio, Où est Charlie ?, ou encore Pirates des Caraïbes avec la pieuvre géante ! (mais on nous a dit que c’était plutôt inspiré d’un roman intitulé 20 000 lieues sous les mers, d’un écrivain peu connu Jules Verne).

Comme pour chaque heure du conte numérique, pour avancer dans l’histoire il faut que l’on réfléchisse tous ensemble, mais nous, ce que l’on préfère c’est prendre directement la tablette en main. L’avantage quand on n’est pas nombreux c’est qu’on à tous pu essayer !

On est arrivé jusqu’à l’acte 4 où il faut rentrer dans le château de Claudius sans être vu des gardes. Ce n’était pas facile, mais on y est arrivé ! Malheureusement, on a du s’arrêter là, car ça faisait déjà une heure et demi qu’on tentait de sauver Ophélie, et la bibliothèque allait fermer. Mais c’est pas grave, on essaiera de terminer l’histoire plus tard.

*Qu’est-ce qu’une heure du conte numérique ?
La Petite Bibliothèque Ronde propose aux enfants à partir de 6 ans, d’aborder la lecture et les histoires de manière tout autre. Basé sur un support numérique, livre ou jeux, les enfants sont invités à participer à l’avancé du récit en intervenant dans la lecture du texte ou dans la résolution des énigmes. Toutes les personnes présentes, petits et grands, s’unissent pour avancer dans le récit à la manière « du livre dont vous êtes le héros ».

Merci à Colette Alvès pour les photos