Mon histoire commence ici.
Cela avait pourtant bien commencé.  Vous étiez en train de lire à un petit garçon après le Poussin masqué, sur un tapis toute une pile de livres : un loup et des petits cochons, beaucoup de beaux bébés, deux petites mains, un chaperon rouge… une poule rousse, une toute petite dame et un magicien prénommé Anton…
Quand notre jeune lecteur m’apporte un grand livre cartonné presque aussi grand que lui : la grenouille à grande bouche. Nous l’avons tellement lu ce jour là et tous les mercredis précédents (et je crois à chaque fois qu’il est venu) que nous le connaissons par cœur, chaque réplique.
Notre jeune lecteur fait tous les animaux et moi, je suis la grenouille. Durant la lecture, il pose le doigt sur le contour de chaque animal : retrace les pattes des girafes, caresse la fourrure du tigre et escalade les dents du crocodile. Lorsque le livre se termine, il claque la dernière page, retourne au début et puis on recommence… La grenouille finit toujours dans la gueule du crocodile. Ce mercredi là nous avons fait cette lecture cinq fois. Vient l’heure d’emprunter des livres avant de partir. Il tente une nouvelle fois d’emporter le grand livre mais cela est impossible : cette grenouille- là reste à la bibliothèque. Mais je lui propose la version classique. Sa maman accepte : papa lui lira ce soir. Le livre est emprunté avec d’autres. Fin de l’histoire… Pas tout à fait.
Le dimanche qui suit, dans le bus bondé du 189 par une belle matinée, notre bibliothécaire retrouve son petit lecteur en train de grignoter un bout de pain. Elle s’approche sans qu’il la voit et lui demande : Et tu manges quoi toâââ ? Il se met à rire aux éclats suivi par sa maman. En relevant la tête, je vois les visages effarés des autres passagers qui n’ont pas l’air de connaitre notre célèbre grenouille et me prennent certainement pour une personne très bizarre.
Et le papa de notre jeune lecteur de me demander :
- Ah c’est vous la grenouille ?!
- Non je suis juste la bibliothécaire.
Re- visages effarés des passagers. Deux arrêts de bus plus loin, nous étions encore en train d’en rire.
Hopi, hopa, l’histoire finit là.
«  Et tu manges quoi toi ? »*
La grenouille à grande bouche Elodie Nouhen et Francine Vidal , Didier jeunesse